Hericium ou le champignon de la mémoire

Nom scientifique : Hericium erinaceus
Nom commun : Hydné hérisson
Surnom : La crinière du lion (lion’s mane)


Saviez-vous qu’il existe un champignon au goût de homard ?

Oui oui, et il s’agit de l’Hericium, ou le champignon Crinière de lion ou encore Hydne hérisson, qui entre alors dans la composition de mets raffinés servis dans certains restaurants gastronomiques prestigieux. Mais s’arrêter à ses subtiles qualités gustatives ne serait pas faire honneur au potentiel de ce champignon… et nous allons voir qu’il peut agir à plusieurs niveaux.


En effet, au niveau du système nerveux, l’Hericium diminue la dégénérescence rétinienne, augmente l’innervation des muscles striés et favorise la myélinisation (c’est ce qui permet une bonne conduction des messages nerveux).


Certaines légendes d’Asie de l’Est affirment même que la consommation de ce champignon permettrait d’avoir des nerfs d’acier et une mémoire hors norme ! Pour illustrer ce propos, des chercheurs ont comparé des souris consommant de l’Hericium à des souris n’en consommant pas. Sans surprise, il se trouve que le groupe consommant de l’Hericium avait une meilleure mémoire de reconnaissance. Encore mieux, sa consommation quotidienne entraîne de meilleurs scores sur les échelles de la fonction cognitive chez des personnes présentant un déficit cognitif léger. Enfin le champignon pourrait avoir le potentiel d’aider dans le traitement ou dans la prévention les maladies neurodégénératives responsables d’une dégradation de la santé cognitive, telles que les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer !  


Cela est possible grâce à certains composés, les erinacines et les héricénones, qui stimulent la synthèse du facteur de croissance des nerfs (NGF). Ce facteur est impliqué dans la croissance, la prolifération et la survie d’un certain nombre de neurones, mais également des cellules bêta-pancréatiques (ce sont celles qui produisent l’insuline). Mais ce n’est pas tout, il joue également un rôle dans la régulation du système immunitaire, et il favorise la régénérescence de la muqueuse de l’estomac, de l’intestin, du foie et de la peau.


Parlons maintenant de Helicobacter Pylori qui, au niveau du tube digestif, est une petite bactérie qui infecte la muqueuse gastrique, et qui est en cause dans la majorité des ulcères gastro-duodénaux. Et bien il se trouve que l’Hericium favoriserait son élimination, et pourrait donc protéger contre les ulcères de l’estomac !


Il possède également une action sur l’inflammation, ce qui pourrait être bénéfique pour les personnes atteintes de maladie inflammatoire de l’intestin. On peut même rajouter qu’il favorise la croissance des bonnes bactéries dans l’intestin (action prébiotique), ce qui améliore non seulement le fonctionnement du système immunitaire (en exerçant une activité antibactérienne sur les “mauvaises” bactéries), mais aussi la digestion.

De manière plus générale, Hericium exerce une action au niveau de l’immunité en stimulant les macrophages et en activant les cellules immunitaires.

On continue et on arrive au niveau tumoral : en plus d’avoir une action hépatoprotectrice, Hericium bloque la prolifération des cellules tumorales mammaires et hépatiques ! Ses extraits auraient un potentiel thérapeutique contre la leucémie, et pourraient combattre les cellules cancéreuses du foie, du côlon et de l’estomac… Remarquable ! 

Surnommé crinière de lion à cause de son aspect, Hericium exerce également un effet au niveau de la dépression ou de l’anxiété, en en améliorant les symptômes. On remarque moins de comportements dépressifs chez les souris ayant consommé ce champignon que chez celles n’en ayant pas consommé ; cela serait dû à ses effets anti-inflammatoires.

Enfin et pour finir, Hericium présente une action au niveau de la santé cardiovasculaire, sous forme d’effet hypocholestérolémiant, ainsi qu’une action antioxydante.

Bibliographie :


Federico BRANDALISE et al., "Dietary Supplementation of Hericium erinaceus Increases Mossy Fiber-CA3 Hippocampal Neurotransmission and Recognition Memory in Wild-Type Mice", 2017, in Evidence Based Complement Alternative Medicine 

Junrong ZHANG et al., "The Neuroprotective Properties of Hericium erinaceus in Glutamate-Damaged Differentiated PC12 Cells and an Alzheimer’s Disease Mouse Model", 11/2016, in International Journal of Molecular Sciences 

Noorlidah ABDULLAH, "Evaluation of Selected Culinary-Medicinal Mushrooms for Antioxidant and ACE Inhibitory Activities", 2012, in Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine 

Wang XY, et al., "Gastroprotective activity of polysaccharide from Hericium erinaceus against ethanol-induced gastric mucosal lesion and pylorus ligation-induced gastric ulcer, and its antioxidant activities", Carbohydr Polym, 2018;186: 100–109

Kawagishi H, et al., "Compounds for dementia from Hericium erinaceum. Drugs Future", 2008;33: 149–155

Ma BJ, et al. "Hericenones and erinacines: Stimulators of nerve growth factor (NGF) biosynthesis in Hericium erinaceus", Mycology, 2010;1(2): 92–98.