Ayurveda, médecine préventive et holistique

Qu’est-ce que l’Ayurveda ? 


L'Ayurvéda, signifiant “connaissance de la vie ou de la longévité” en sanskrit, est une médecine traditionnelle indienne datant de l’Antiquité, ayant connu le jour grâce à des Rishis (grands sages). Il s’agit de la plus vieille médecine holistique, c’est à dire qu’elle s’intéresse à son objet dans sa globalité. Autrement dit, l’Ayurvéda considère que le corps et l’esprit sont étroitement liés et que l’Homme est un tout indivisible. 

 

Quels sont ses principes ?


Les Rishis considèrent que toute chose est composée de 5 éléments : l’éther (ou l’espace), l’air, le feu, l’eau et la terre, présents en quantités variables. Ces éléments sont donc présents dans la nature, mais seraient également présents chez l’Homme sous forme de doshas, ou humeurs biologiques. On retrouve 3 doshas, nommés : dosha vata, dosha pitta et dosha kapha. La médecine ayurvédique se base sur ces 3 doshas, en considérant que chacun d’entre nous est composé d’une combinaison unique de ceux-ci, appelée Prakriti, déterminée dès la naissance. Ces doshas sont responsables de tous les processus physiologiques et psychologiques de notre corps et de notre esprit. Lorsqu’ils sont en équilibre, ils impliquent une bonne santé. En revanche, si un quelconque facteur externe entraîne un déséquilibre temporaire (appelé Vikriti), cela peut mener à la maladie.

Le dosha Vata signifie “ce qui souffle”, c’est à dire ce qui bouge, et représente les éléments éther et air. 

Le dosha Pitta signifie “ce qui brûle”, c’est à dire ce qui transforme, et représente les éléments Feu et Eau.

Le dosha Kapha signifie “ce qui lie”, c’est à dire ce qui soutient, et représente les éléments Eau et Terre. 


Le principe de l’Ayurveda est donc de maintenir l’équilibre de ces 3 doshas. Lorsque vous connaissez votre ou vos dosha(s) dominant(s), il est tout à fait possible d’agir préventivement pour le maintien de leur équilibre. Mais malheureusement ce n’est pas si simple, car beaucoup de facteurs peuvent entraîner un déséquilibre, comme le climat, l’âge, les pensées et les émotions, l’heure de la journée, ou encore les boissons, l’alimentation ou les produits chimiques que l’on ingère. Ce dérèglement mène à l’état de Vikriti, qui se manifeste par des signaux. 

 

Comment rééquilibrer ses doshas ?


La première étape d’un traitement consiste à identifier votre composition naturelle et donc votre dosha dominant. Cette identification se base notamment sur vos traits physiques et votre métabolisme. Pour cela, différents tests sont disponibles sur internet, mais il est conseillé de consulter un professionnel, qui, de par son expérience, saura mieux déterminer votre Prakriti et vous conseiller sur la démarche à suivre. Plusieurs disciplines différentes permettent de rééquilibrer les doshas.

 

Les massages 


Les massages ayurvédiques sont aussi bien une thérapie corporelle qu’une pratique d’hygiène de vie. Ils offrent de multiples bienfaits, comme tonifier la peau, augmenter la concentration, éliminer les déchets à l’extérieur du corps ou encore améliorer la réponse immunitaire. 

Différentes sortes de massages existent. Le choix se fait selon le dosha dominant et le déséquilibre existant. Ainsi, nous pouvons retrouver des massages avec plus ou moins d’huile (le plus souvent de l’huile de sésame), ou bien des massages à sec.


La phytothérapie 


La phytothérapie ayurvédique reconnaît le principe de l’intelligence de la vie et de la nature, et les plantes ayurvédiques représentent plus de 80% des remèdes utilisés dans l’Ayurveda. Les plantes ne sont pas choisies au hasard. En effet, elles sont utilisées conformément à la constitution de la personne, de manière à soutenir l’humeur dominante du corps. Cela implique donc de connaître le métabolisme constitutionnel, à savoir l’état général de l’appareil digestif, le métabolisme de l’eau et la capacité du corps à éliminer les déchets. Parmi les plantes Ayurvédiques on retrouve par exemple la racine de pissenlit ou bien le romarin. 


La diététique


Dans l’Ayurvéda, les aliments ne sont pas classés traditionnellement, mais selon les 6 goûts : doux, acide, salé, piquant, amer et astringent. Chaque aliment possède donc une saveur, mais aussi une énergie (chauffante ou rafraichissante) et une action post-digestive. On retrouve 8 règles d’or : 


  • Consommer les fruits en dehors des repas : en effet, ceux-ci fermentent dans l’estomac et empêchent le processus de digestion.
  • Consommer l’eau et les boissons à température ambiante, mais jamais frais pour favoriser la digestion. De même pour les aliments, ne pas les consommer directement à la sortie du frigo. 
  • Éviter de consommer les restes conservés au réfrigérateur. 
  • Manger dans un environnement calme et bien mâcher les aliments.
  • Ne pas manger sous le coup d’une émotion forte ou sans sensation de faim.
  • Prendre le repas principal au déjeuner et non pas au petit déjeuner.
  • Attendre d’avoir bien digéré un repas avant d’en reprendre un autre.
  • Varier les menus et les aliments consommés.

La diététique ayurvédique conseille également de privilégier les aliments biologiques et frais, de supprimer les aliments ne contenant aucun nutriment, de supprimer les huiles raffinées et les margarines hydrogénées, de réduire voire supprimer les produits stimulants, de réduire les protéines animales, et enfin de supprimer l’usage de l’aspartam et de tous les produits qui en contiennent. 


L’aromathérapie


Les huiles essentielles sont issues de plantes qui poussent dans la terre et qui absorbent les particules de l’air, et sont ensuite distillées grâce à de l’eau qui est chauffée, de manière à obtenir des molécules aromatiques. Ainsi, les huiles essentielles sont constituées des 5 éléments, et sont alors utiles pour rééquilibrer les doshas. En Ayurveda, chaque odeur représente une émotion, par exemple la valériane apaise l’anxiété et la peur et sera utilisé lors d’un déséquilibre vata. De même, l’ylang-ylang sera utilisé lors d’un déséquilibre de type pitta pour calmer les accès de colère et devenir plus tolérant. 


La méditation et le yoga


La méditation permet de calmer l’esprit et le mental et a donc un impact sur la santé. Elle se pratique sur le sol, en position assise avec les jambes croisées et le dos bien droit : il s’agit de la position Sukhasana, qui signifie “position de la facilité”. Il est recommandé de pratiquer la méditation quotidiennement, au moins 5 à 10 minutes par jour. Méditer vous permettra entre autre d’améliorer certains symptômes liés au stress, mais également d’améliorer votre sommeil ou encore d’arriver à une sensation de vitalité, de forme et de motivation.

Le yoga, qui signifie “union de soi avec l’absolu”, permet de soigner le mental au moyen du corps. Le mental se libère et le corps peut alors retrouver clarté, équilibre et harmonie. 


Pour finir, même si l’on entend parler de plus en plus de l’Ayurvéda en France, il faut savoir que cette médecine n’est pas reconnue officiellement en France et n’est pas enseignée dans les facultés de médecine. C’est pourquoi en France l’Ayurvéda est considéré comme une pratique de bien-être. En revanche, l’Organisation Mondiale de la Santé reconnaît l’Ayurvéda comme un véritable système de santé traditionnel.


Sources : 

https://www.ayurvana.fr/principes-ayurvediques.html


https://www.ayurveda-france.org/praticiens/L-ayurveda-introduction.html


https://www.santemagazine.fr/medecines-alternatives/pratiques-orientales/ayurveda-principe-et-bienfaits-de-la-medecine-traditionnelle-indienne-177053


https://www.ayurvana.fr/trois-doshas.html


https://www.ayurveda-france.org/praticiens/La-pratique-de-l-Ayurveda-en.html


https://www.ayurveda-france.org/praticiens/L-intelligence-de-la-nature.html


https://www.ayurveda-france.org/praticiens/Les-trois-principes-d-energie.html


https://www.ayurveda-france.org/praticiens/-Alimentation-dietetique-.html


https://www.medecines-douces.com/Les-huiles-essentielles-en-ayurveda_a232.html


http://www.lejournalduyoga.com/articles/view/sante/186-meditation-et-ayurveda