Le Pleurote en forme d'huîtres

Nom scientifique : Pleurotus ostreatus
Nom commun : Pleurote en forme d'huître

 


Comme son nom l’indique, le pleurote en forme d’huître ressemble un peu à… une huître. Pleurotus ostreatus se ramasse dans les bois entre les mois de mars et de mai, puis renaît en automne et parfois en hiver selon les régions. Il se reconnaît grâce à sa forme en touffes serrées sur les troncs et les souches de nombreuses espèces d’arbres vivants, mais également morts. En effet, on parle de champignon “saprophyte”, c’est à dire qu’il peut se nourrir de matière organique non vivante.


Le Pleurote n’est pas n’importe quel champignon puisqu’il s’agit en effet du 3ème champignon le plus produit dans le monde, ce qui représente environ 25% de la production mondiale de champignons ! 


D’un point de vue nutritionnel, ce champignon se démarque des aliments par sa richesse en nutriments. Vous y retrouverez : des vitamines B (notamment les vitamines B1, B2, B3, B6 et B9), qui sont réputées pour donner de l’énergie en permettant la transformation énergétique des aliments que nous ingérons ; des oligo-éléments, tels que le cuivre, le fer, le zinc et le phosphore ; des protéines ; des polysaccharides. Le phosphore, tout comme le calcium, joue un rôle primordial dans la croissance et le renforcement des os. 


En plus d’être très complet au niveau nutritionnel, le Pleurote a un grand avantage : il est très peu calorique (environ 35 kcal pour 100g) ! Vous pourrez par exemple le retrouver dans différents types de régimes.

 

Mais pourquoi utilise-t-on ce champignon en santé ?

 

Et bien tout d’abord pour ses vertus antioxydantes qui lui permettraient de ralentir le processus de vieillissement et de renforcer le système immunitaire ; mais aussi car il aide à prévenir certaines pathologies cardiovasculaires comme l’hypertension et le diabète et, tenez vous bien… il aide à lutter contre les cellules cancéreuses et permettrait de prévenir et ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer ! Comme si ça ne suffisait pas, il a également des propriétés antivirales et anti-bactériennes.

Connaissez-vous les statines ? Ce sont des composés qui permettent de réduire le taux de cholestérol en bloquant sa biosynthèse. Il se trouve que le Pleurote produit naturellement des statines, ce qui lui permettrait de réduire le taux de cholestérol. Génial, non ? 

De plus, on a dit précédemment que le Pleurote aiderait à lutter contre les cellules cancéreuses. Cet effet serait dû aux polysaccharides qu’il contient (ce sont des polymères de sucres simples), dont font partie les b-glucanes : ceux-ci stimuleraient le système immunitaire. Actuellement des études sont en cours sur les effets de la “pleurane”, un b-glucane, dans le traitement du cancer… Affaire à suivre ! 

Mais le plus fascinant chez ce champignon, c’est qu’au delà de ses propriétés nutritionnelles et dans la santé, il est utilisé pour l’environnement. Pour être plus précis, on utilise le Pleurote dans la mycorestoration ou mycoremédiation. Ça ne vous évoque sûrement rien, mais il s’agit tout simplement d’utiliser les champignons pour réduire les niveaux de pollution dans une zone donnée. 

Comment ça marche ? Le mycélium du pleurote est vorace et peut se nourrir et donc se développer sur les bois durs. Ces champignons vont y sécréter des enzymes qui vont décomposer les liaisons organiques du bois en de plus petites molécules. Il se trouve que ces liaisons détruites, qui sont des liaisons carbone-hydrogènes, sont similaires à celles trouvées dans l’huile de pétrole et les pesticides. Ce qui veut dire que les pleurotes seraient également efficaces pour décomposer les liaisons organiques des produits chimiques toxiques ! 

Ce n’est pas tout car les Pleurotes sont également de puissants absorbeurs de mercure : leur mycélium souterrain peut canaliser le mercure du sol vers le champignon lui-même ! Ce qui fait qu’une fois que le champignon est cueilli et détruit, le mercure est éliminé de l’environnement. Incroyable non ?